• Home   /  
  • Archive by category "1"

Crise Du 16 Mai 1877 Dissertation Writing

Résumé de l'exposé

Les constituants de 1875, tout en marquant de façon claire leur volonté d'organiser un régime parlementaire, avaient omis de préciser de quel régime parlementaire il s'agissait. On pouvait hésiter entre deux formules assez différentes l'une de l'autre : le parlementarisme dualiste ou orléaniste et le parlementarisme moniste. Avant, le gouvernement ne procédait que du choix du monarque, en France la phase transitoire du parlementarisme moniste à dualiste s'est déroulée de 1830 à 1848 sous le règne de Louis Philippe d'Orléans d'où la qualification d'orléaniste donné au régime parlementaire dualiste. Cependant, le régime parlementaire est redevenu moniste suite à la crise du 16 mai 1877. Ainsi, les événements de 1876 à 1879 vont trancher le débat en donnant la victoire aux républicains, ce qui entraînera l'échec du parlementarisme dualiste et son remplacement sous des apparences de parlementarisme moniste, par un régime d'assemblée.
La véritable mise en ?uvre du régime républicain se fait donc après l'adoption des lois constitutionnelles de 1875. Elle tient sur le plan politique aux conséquences de la crise du 16 mai 1877 et sur le plan institutionnel aux révisions de 1879 et de 1884.
Comment la crise du 16 mai 1877 a-t-elle transformé la nature des institutions de la troisième république ?

...

Sommaire de l'exposé

  1. Le passage du régime parlementaire dualiste au parlementarisme moniste
    1. La crise du 16 mai 1877 : la tentative orléaniste de Mac-Mahon
    2. La « constitution Grévy » (Prélot) et les révisions de la constitution de 1875
  2. Le dérèglement des institutions
    1. Le déséquilibre institutionnel, cause de l'instabilité gouvernementale
    2. L'échec des tentatives de renforcement du pouvoir exécutif

À propos de l'auteur

Alexandra B.etudianteSciences politiques
La Troisième République : la crise du 16 mai 1877 et la transformation du régime
Niveau
Grand public
Etude suivie
droit civil
Ecole, université
Paris XII

Descriptif de l'exposé

Date de publication
2009-02-03
Date de mise à jour
2009-02-03
Langue
français
Format

Word

Type
dissertation
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
45 fois
Validé par
le comité de lecture

La Troisième République : la crise du 16 mai 1877 et la transformation du régime

https://docs.school

53

Enter the password to open this PDF file:

Résumé du document

Après deux cycles constitutionnels identiques, allant de la Monarchie, à la République, et enfin à l'Empire, la France entre dans une période de succession de républiques ; on ne traitera ici que la IIIème. Cette longue vie que connaît la IIIème République ne sera pas sans tourment, et notamment au niveau des types de régimes politiques qui s'y succèdent. La crise du 16 mai 1877, déclarée par une lettre du Président de la République Mac Mahon à son Chef du Gouvernement, marque un franc tournant dans cette typologie. Quelles formes de régimes politiques va alors connaître la IIIème République durant sa longue existence ?

Sommaire

I) Les débuts de la IIIème République : un régime parlementaire dualiste

A. Une naissance guidée par un régime dualiste
B. Le 16 mai 1877 : tournant décisif de la IIIème République

II) L'évolution de la République : d'un régime parlementaire moniste au retour d'un exécutif renforcé

A. Les conséquences de la crise
B. De la primauté des Assemblées au renforcement de l'exécutif

Extraits

[...] Proclamé en 1870, mais véritablement organisé en 1875, ce régime va persister jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Sa durée en fait d'ailleurs une exception dans l'histoire constitutionnelle de la France. Ainsi, le pays a connu un grand nombre de types de régimes politiques : un découpage de l'histoire constitutionnelle française serait donc fastidieux ; il n'en sera pas question ici. Après deux cycles constitutionnels identiques, allant de la monarchie, à la république, et enfin à l'empire, la France entre dans une période de succession de républiques ; on ne traitera ici que la IIIème. [...]


[...] En effet, la dissolution est la contrepartie de la mise en jeu de la responsabilité politique du Gouvernement par la Chambre des députés. Sans dissolution, le régime parlementaire moniste va dévier vers un régime d'Assemblée. C'est ce régime que Grévy proclame en refusant d'utiliser ce droit de dissolution. B ) De la primauté des Assemblées au renforcement de l'exécutif : A la longue, le Gouvernement, surtout préoccupé par une stabilité que les parlementaires lui refusent, se révèle impuissant, incapable de diriger et coordonner la politique de la Nation ( 1 ) . [...]


[...] Jules Grévy le remplace et, estimant que son rôle doit rester limité, s'adresse au Parlement dans ces termes : je n'entrerai jamais en lutte contre la volonté nationale exprimée par ses organes constitutionnels En d'autres termes, le Président s'efface ; le Cabinet a besoin pour gouverner de la seule confiance du Parlement. Grévy laisse à la Chambre des députés le soin de décider de la politique de la France, car elle exprime la volonté nationale. Il est donc fait ici une interprétation en rupture totale avec l'esprit des lois constitutionnelles de 1875, interprétation que l'on nomme Constitution Grévy. La République est dès lors entièrement entre les mains des républicains. [...]


[...] Ces lois, fruit d'un compromis entre monarchistes et républicains modérés, établissent un exécutif fort. Elles instaure une réalité monarchique dans un cadre républicain. En effet, on relève des emprunts évidents à la monarchie, à l'image d'un Président de la République très fort, car sans limitation de renouvellement de mandat, ayant un droit de dissolution de l'Assemblée, ou encore l'initiative des lois. On peut noter que le rôle du Président de la République occupe une place importante dans ces lois constitutionnelles, alors que celui du Président du Conseil y est totalement absent. [...]


[...] Par ailleurs, en plus d'être irresponsable, il peut être forcé à démissionner par le Parlement ; ce fut le cas pour Grévy en 1887 et Millerand en 1924. Le Gouvernement s'affaiblit également face au Parlement. Il voit en effet disparaitre ses moyens d'action à l'égard des Assemblées, à l'image du droit de dissolution. Ainsi, les Chambres ont tout le loisir de s'institutionnaliser, décidant de siéger en permanence et de maitriser leur ordre de jour, donc de discuter ou non les projets gouvernementaux. En ce qui concerne la question de confiance ou encore l'interpellation, elles se font sans encadrement, sans procédure particulière. [...]

One thought on “Crise Du 16 Mai 1877 Dissertation Writing

Leave a comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *